MÉDIATION

« Liens »

Ateliers à destination de jeunes en situation de handicap

Une semaine en immersion à Biarritz, à Oxala, association de danse inclusive, dont Laurence Ricordeau est la coordinatrice.
Dans le cadre d’ateliers dirigés par cette dernière, en présence de musiciens, de conteurs, de psychologues et d’art thérapeutes, de jeunes danseurs amateurs, en situation de handicap psychique et/ou mental, sont invités à parler d’eux-mêmes, pleinement et librement à travers une méthode de création participative.
S’appuyant sur le thème d’une des pièces de la compagnie, Tarek choisit d’interroger ces danseurs sur la définition de “résister”. 
Les journées de travail sont rythmées par des matinées de marche et d’échauffements dans un parc, des déjeuners, et des après-midis riches et variés (mise en mouvement, recherche des formes de résistances possibles, improvisations, écriture), toujours conclus par un massage et une sieste !
Un rendu en fin de semaine, présenté publiquement, déclenche l’envie de poursuivre le projet en 2020.

En 2020, ce projet a reçu le soutien exclusif du Fonds de dotation Capsule d’Art. Durant une semaine, en juillet, Tarek a créé, pour et avec la Cie Oxala, une pièce originale qui sera programmée autant que possible en première partie des pièces de la Cie Colégram. La première est fixée le 25 septembre au Théâtre de l’Allegro à Miribel (01) en première partie de la pièce RÉSISTER.

Capsule d'art

« Esperanto »

Ateliers de création collaboratifs pour de jeunes réfugiés

À l’initiative de Momentum et Habitat et Humanisme, la compagnie se voit confier une création auprès d’un centre d’accueil et d’orientation, avec des hommes majoritairement jeunes, migrants du monde entier.
Une semaine sur le thème de la résistance.
L’aventure se nourrit au fil des jours des différentes langues parlées, des cultures et traditions, mais surtout du bagage de chacun.
La marche, le contact et le regard sont les principaux axes de travail.
Les chants de certains danseurs accompagnent le groupe.
La semaine s’achève par une représentation publique, sur la scène du grand auditorium du Musée des Confluences de Lyon, fruit d’un travail collaboratif entre Christophe Pouget, photographe, Mathieu Santa Cruz, vidéaste, et Jasser Haj Youssef, les accompagnant sur scène de sa viole d’amour.

"Avec l'accompagnement à la viole d'amour du compositeur tunisien Jasser Haj Youssef, l'œuvre scénique revêt une dimension plurisensorielle, entre vidéo, danse contemporaine et musique orientale. (...) Esperanto constitue une jolie parenthèse montrant une fois que plus que là où il y a de la diversité, il y a éminement plus de richesse."
Le Progrès
Le Progrès
15 novembre 2019

« Les Girondines »

Ateliers de recherche et d'échange en Ehpad

Des gestes simples, une prière d’éveil, précédés par la respiration – toujours – des mots traduits par mouvements, des rires, des histoires, voilà l’essentiel de cette semaine de recherche et d’échange à l’Ehpad Les Girondines, à Lyon.
Ce projet, motivé par le désir de faire toujours danser nos aîné·e·s, s’inscrit à la fois dans la transmission d’une pièce du répertoire, Résister, mais également dans une démarche artistique visant à observer le geste plus lent.
Ces gestes, questionnements, répétitions, récits, viennent ponctuer des après-midis dansants, sous l’objectif d’Arnaud Deparis, en présence de Cécile Combaret et Cyrielle Teyssier.
Les familles des danseurs assistent en fin de semaine à une présentation du travail dans le cadre d’une restitution.
Une exposition photographique relatant ce projet aura lieu début 2020 et sera présentée aux Girondines avant de voyager dans d’autres établissements.